• Michel

Nejapa: The street is on fire


#Tourism | Et non, ce n’est pas le G8 à Genève, détrompez-vous ! D’ailleurs, il serait peu probable que ces images viennent d’une manifestation au Salvador selon tout ce que j’ai pu voir jusqu’aujourd’hui, les manifestations sont bien plus pacifiques ici de ce que j’ai pu voir en Europe.



Ces images viennent de notre petite sortie du vendredi soir au festival de la jeunesse Néjapaénne du 31 août dernier (Ville de Néjapa). Il s’agit d’une commémoration fêtant le fait que lors de la dernière éruption du volcan de San Salvador (en langue indigène Quezaltepeque) en 1917, cette ville fut épargnée par les laves. Par chance, à cette époque, les laves avaient aussi épargné la ville de San Salvador car le volcan avait crashé ses laves dans le sens opposé de la ville.


Il est encore possible 100 ans plus tard d'observer un énorme champs de lave solidifié par image satellite ou en voiture sur la route de San Salvador à Santa Ana.

Il est d'ailleurs assez facile de monter au sommet du volcan pour une petite promenade et manger le repas de midi.

Cratère du volcan Quezaltepeque

Reprenons, le principe de cette festivité est simple, il y a deux groupes de jeunes de quartiers différents qui se mettent une combinaison de cotton pré-trempée dans l’eau et des gros gants. Afin d’ajouter une petite note rassurante et sympathique, ils se munissent d’une cagoule et de petites emblèmes avec des têtes de mort. Chaque personne trempe des grosses boules de tissues dans le mazout et y mettent le feu.




A 21h, c’est parti, sous les yeux d’un public dopé à l’adrénaline, les deux groupes s’affrontent en se jetant ces boules enflammés dessus afin de faire reculer le groupe adverse le plus loin possible. Les personnes du public un peu trop curieuse et désirant lancer une boule ou s’aventurant sur la piste de jeu seront brûlés vif ! Ah ah ah ah ah !!! (ton de voix maléfique).



25 views0 comments

Recent Posts

See All